Noëlle-Anne Darbellay obtient sa virtuosité auprès de Karen Turpie à la Hogeschool voor de Kunsten Utrecht et à la Haute Ecole de Musique de Genève auprès de Stefan Muhmenthaler, qu’elle assiste depuis. Elle a complété son parcours par des master-classes avec David Takeno, Felix Andrievsky, Siegfried Palm, Bruno Canino, ainsi que par l’étude du violon baroque avec Julia Schröder.

Comme soliste elle s’est produite entre autres au Lucerne Festival, Festival „rainy days“ de la Philharmonie de Luxembourg, Schumannfest de la Tonhalle Düsseldorf, Musiksommer Ernen, Davos Festival, Musikfestival Bern, aux World New Music Days, Music Documents Tokyo, Rencontres musicales de Champéry, à la Schubertiade d’Espace 2 et au Festival International de Musique Tibor Varga à Sion.
Son activité comme musicienne de chambre l'amena à de nombreuses tournées en Europe comme en Asie dans les salles les plus prestigieuses. Elle est membre du Nouvel Ensemble Contemporain et travaille entre autres avec l’orchestre de Chambre de Bâle, Gstaad Festival Orchestra, Collegium Novum Zürich et l’ensemble pour musique ancienne Die Freitagsakademie.

Outre son répertoire de violoniste, elle travaille sur des projets interdisciplinaires et a créé de nombreuses œuvres. Noëlle-Anne Darbellay est membre fondateur du collectif Jetpack Bellerive qui s’engage dans l’exploration des frontières entre musique contemporaine, arts visuels et l’art du spectacle et auquel des artistes et compositeurs de renom international ont dédié des œuvres.

Pour son travail innovatif elle a reçu le prix de musique de la commission cantonale de Berne. Enregistrements entre autres chez Grammont avec des œuvres de son père, le compositeur Jean-Luc Darbellay; en 2018, un disque acclamé par la critique est paru chez Challenge Records avec son frère, le corniste Olivier Darbellay et le pianiste Benjamin Engeli.

 

Presse 

[...] l’on a apprécié la fascinante violoniste chantante Noëlle-Anne Darbellay. Elle a commencé à parler en dialecte Suisse allemand tout en produisant des sonorités d’une rare beauté sur son violon. C’est une belle réponse à l’idée préconçue qui voudrait que la musique contemporaine ne célèbre que la laideur. Elle offre là une preuve magistrale du contraire. Basler Zeitung

 

Le jeu extraordinaire de la violoniste Noëlle-Anne Darbellay ne se manifeste pas uniquement par des prouesses techniques du répertoire classique, car elle dispose de plus d’une voix théâtrale remarquable. [...] un spectacle musical du plus haut niveau! Lippisches Kultur-Journal Detmold 

 

Noëlle-Anne Darbellay fascine le public lorsqu’elle joue, parle et chante en même temps, tout en restant une interprète d’une rare authenticité. Il ne s’agit pas d’une présentation narcissique, mais bien plus d’une mise en évidence précise du „personnage spécifique“ correspondant à chaque rôle ... Elle dépasse alors de manière toujours surprenante les limites du visible et de l'audible. Cécile Olshausen, journaliste musicale

 

[...] Dass alle Protagonisten auch im klassisch-traditionellen Bereich zu Hause sind, beweisen sie mit einer enorm farbenreichen und mal verspielten, mal in Grübeleien verlorenen Interpretation des Brahms-Trios. Charles Koechlin frühe Miniaturen atmen die Pariser Luft an der Schwelle des Fin de Siècle und sich behutsam anbahnender Moderne. Ein exemplarisches Programm, das auf stimmige Weise Alt und Neu verbindet.
Über die CD Constellations Ardentes, Musik&Theater, Stephan Thomas

 

Brahms’Trio Op.40 krijgt onder handen van Olivier en Noëlle-Anne Darbellay een zeer behartigenswaardige vertolking! De Volkskrant, Frits van der Waa

 

Noëlle-Anne Darbellay est une flamboyante violoniste – elle a toutes les grâces, non seulement magnifique au violon, mais aussi vraie chanteuse. La Nouvelle République 

 

[…] these moments always occurred in the context of an elaborate and uncompromisingly avant-garde musical texture, the performance of which posed serious challenges. Noëlle-Anne Darbellay and Samuel Stoll could demonstrate the full extent of their three roles, as talented performers, actors and musicians specialised in this genre too… an ardent plea for the authority and expressiveness of New Music.
Musik&Theater, Stephan Thomas

 

[…] Die vier Miniaturen des Fauré-Schülers Koechlin bilden eine träumerische, sehnsüchtige Erinnerung an den Duft der Jahrhundertwende. Der Fassung für die Standard-Besetzung, Violine, Horn und Klavier, liess Koechlin noch eine weitere mit Viola anstelle der Geige folgen, und in dieser selten zu hörenden, ausserordentlich schönen Version wurde das Werk hier eingespielt.
Das Schwergewicht der CD liegt auf Brahms’ Opus 40 für Klavier, Violine und Horn.
Er schrieb das gedankenvolle Trio in einer Stimmung tiefster Trauer über dem Tode seiner Mutter. Die Interpretation ist ein Glücksfall: Zu den beiden Darbellay-Geschwistern gesellt sich der ausgezeichnete Schweizer Pianist Benjamin Engeli, auch er aus einer Musikerfamilie. Die drei finden sich in kraftvollem, subtilem und technisch makellosen Zusammenspiel.
Über die CD Constellations Ardentes, Walter Kläy, Schweizer Musikzeitung

 

Düsseldorf. Von Frauen, über Frauen und mit Frauen, das war zusammengefasst die Leitidee des Schumannfestes 2019.
Sie wurde thematisch, kompositorisch und künstlerisch bis zur letzten Veranstaltung befolgt.

Mit den beiden Sopranistinnen Juliane Banse und Marisol Montalvo, der Geigerin Noëlle-Anne Darbellay, der Slampoetin Josefine Berkholz und der Komponistin Charlotte Bray traten am letzten Tag hochkarätige Künstlerinnen ins Rampenlicht der Tonhalle.
Herausragend interpretiert wurden die von Jürg Wyttenbach vertonten Gedichte von Paul Klee, sowie „Oben ist unten“ für singende und rezitierende Geigerin von Jean-Luc Darbellay. Westdeutsche Zeitung, Günther Schultz

 

 [...] Ce théâtre, absurde, mérite d'être vu et entendu. La soprano Noëlle-Anne Darbellay chante des textes inintelligibles dans des coloratures virtuoses d'Opéra. L’orchestre par contre, est mimé et chanté par un choeur tandis qu’un récitant déclame le texte de Mani Matter (en bon allemand!), alors qu’un mime, un violoncelliste et un acteur essaient d'obtenir les faveurs de la soprano, moyennant des contorsions de plus en plus incongrues. C'est un théâtre musical amusant, un assemblage d'humour et de clownerie musicale.
[...] Jürg Wyttenbach pouvait compter sur les solistes, p.ex. sur la violoniste Noëlle-Anne Darbellay, qui chanta et joua la pièce "Trois chansons violées" avec virtuosité.

Reinmar Wagner, Musik&Theater

 

[...] The Swiss violinist Noëlle-Anne Darbellay, who had given a fearless interpretation of Wyttenbach’s Trois chansons violées für eine singende Geigerin – lamenting a drunken rape with everything from wails above harsh pizzicato to the vibration of a needle beneath the strings of her instrument – then posed as an opera singer, uttering gibberish in vain self-glorification.
Classical Voice North America, Rebecca Schmid

 

Wyttenbach est, en tant que compositeur, un acrobate virtuose. Il jongle avec les mots, le chant et les gestes, soulignant ainsi l’aspect théâtral de la musique. Sa „violoniste chantante“  (dans „Trois chansons violées“) chante vraiment, mais elle parle aussi, elle crie, elle rit, elle pleure, elle bégaye. Parfois, elle joue en utilisant une aiguille à tricoter au lieu de son archet, aiguille qu’elle coince entre les cordes de la et de mi réalisant ainsi un trémolo fulgurant. Un effet que la comédienne décapante produit avec virtuosité. 
Basler Landschaftliche Zeitung

 

Noëlle-Anne Darbellay se positionne de plus en plus comme une violoniste avantgardiste, en bousculant régulièrement les limites purement musicales. Sur le CD, elle se révèle à la fois interprète virtuose dans „BACH“ pour violon solo, et comédienne dans „Sadia“ et „Incident Room“ (textes de Béatrice Libert et Ken Edwards), où elle combine la voix et le jeu du violon. Sa façon de réaliser des dialogues aux multiples facettes entre plusieurs personnes est impressionnante, c’est un exploit technique délicat et très exigeant. 
Musik&Theater